Concert de printemps 2009

Affiche du concert

Lieu : Halle aux Grains de Blois

Date : 22 mars 2009

La première partie du concert est assurée par « La flûte en chantier »

Première partie (La flûte en chantier)

La Flûte en Chantier
Opéra pour Orchestre de Flûtes

Claude-Henri Joubert

L’Histoire

Inspirée de la Flûte Enchantée de Mozart, l’histoire commence par la répétition d’une classe de flûtes traversière interrompue par 2 personnages d’opéra : Papageno et Tamino. Ils veulent obtenir le plus rapidement possible un 1er prix de flûte !
La chef d’orchestre va leur montrer comment faire…
Vont-ils parvenir à jouer de la flûte, malgré leur peur de la fameuse Reine de la Nuit, ou leurs pérégrinations amoureuses ?

Distribution

  • La chef d’orchestre : Mélinda Bressant
  • Tamino : Lorraine Robertson
  • Papageno : Isabelle Raynaud
  • La Reine de la Nuit : Samuel Bachy
  • Pamina : Raphaëlle Molimart

Mélinda Bressan est née en 1975. Elle a commencé la musique au Conservatoire Municipal de Musique de Vendôme à l’âge de 8 ans. Elle poursuit ses études au Conservatoire National de Région de Tours ou elle obtient en 1997 un 1er prix à l’unanimité en flûte traversière, un premier prix en formation musicale et un premier prix en musique de chambre. La même année elle obtient une licence en Musicologie.
Elle est aujourd’hui flûtiste dans l’Ensemble Orchestral du Loir-et-Cher et dans l’Orchestre d’Harmonie de la Région Centre avec lequel elle a enregistré plusieurs disques et remporté plusieurs concours. Diplômée d’Etat, elle dirige aussi l’Ecole Municipale de Musique de Savigny-sur-Braye.

Au cours de ses études de flûte en Ecosse, Lorraine Robertson a brillamment remporté plusieurs distinctions (1er prix de flûte au Lanarkshire Music Festival par exemple) avant d’obtenir une médaille d’or au Conservatoire RASMD et un certificat d’Etudes Supérieures Orchestrales.
Après avoir travaillé avec plusieurs grands flûtistes écossais et anglais, elle a bénéficié de masterclasses avec les célèbres Alain Marion, ou James Galway. Son talent l’a conduite à jouer dans de nombreux orchestres prestigieux : BBC Symphony Orchestra, Ballet du Bolshoi…
De 1984 à 1997, elle enseigne la flûte au Royaume Uni, puis rejoint la France. Elle est aujourd’hui professeur à l’école de l’Harmonie de Blois, directrice de l’école de musique de Mondoubleau et Flûte Solo de l’Ensemble Orchestral du Loir-et-Cher. Elle participe aussi au développement de l’enseignement de la musique pour les tout-petits par le programme Kindermusic.

Après des études musicales à l’Ecole Nationale de Musique de Blois qu’elle termine en 1993 après avoir obtenu un 1er prix de flûte et un 1er prix régional, Sonia Coutant décide de faire une pause pour continuer ses études d’Histoire jusqu’à la Licence.
Elle entre ensuite au Conservatoire National de Région de Boulogne-Billancourt en 1995 dans la classe de Céline Nessi, soliste à l’Opéra Bastille, où elle obtient un 1er prix en 1997. En parallèle, elle est animatrice des stages départementaux cadet et junior de l’UDESMA 41 de 1993 à 2000.
Elle est par ailleurs professeur à l’école intercommunale de St-Claude-Vineuil depuis 1998 et à l’école de musique de Mer depuis 2000.

Deuxième partie (Harmonie de Blois)

The Divine Comedy

Robert W. Smith

Robert W. Smith est un compositeur américain contemporain qui s’est notamment illustré dans l’écriture de pièces destinées aux orchestres d’harmonie.

Dans the Divine Comedy, pièce composée spécialement pour orchestre d’harmonie, Robert W. Smith s’inspire directement du chef d’œuvre éponyme de littérature classique. Il reprend en effet les quatre chants imaginés par Dante Alighieri où se croisent Virgile, Dante et Béatrice au hasard de l’enfer, du purgatoire, de l’ascension et du paradis.

The Inferno est le premier des quatre mouvements qui décrit le voyage de Dante et Virgile aux Enfers. Robert W. Smith calque sa composition sur l’œuvre littéraire, les mélodies illustrant chacune des quatre catégories de péché décrites par Dante. Cette partie du voyage se termine par la rencontre avec Lucifer et leur sortie de l’Enfer.

The Purgatorio décrit la traversée des sept terrasses du Purgatoire, chacune représentant un des sept péchés capitaux. La musique exprime la souffrance et les lamentations des âmes portant leur lourd fardeau sur leur chemin de pénitence pour atteindre le paradis.

Dans the Ascension, le troisième des quatre mouvements, nous retrouvons Dante sur la montagne du purgatoire. Purifié, il prépare son voyage vers le paradis. En compagnie de son guide Béatrice, il est surpris de découvrir une musique merveilleuse, la musique des sphères qui les entoure. Dante et Béatrice, au son de cette mélodie d’une beauté et intensité magnifique, atteignent la sphère de feu.

Robert W. Smith termine son œuvre par the Paradiso qui décrit la traversée des sphères et la rencontre de Dante avec le Divin.

La procession d’Elsa à la cathédrale
Extrait de l’opéra Lohengrin

Richard Wagner
arr. M. Hindsley

Tout comme pour son précédent opéra Tannhäuser, Wagner s’inspire de la littérature médiévale germanique pour composer en 1850 son opéra Lohengrin. Il raconte l’histoire de ce mystérieux chevalier accompagné d’un cygne, venu sauver la jeune Elsa accusée à tord d’avoir tué son frère. Elsa lui promet en retour de l’épouser mais ne doit jamais lui demander son nom. Le chevalier remporte son tournoi qui prouve l’innocence d’Elsa et les noces sont célébrées. Malheureusement, Elsa, influencée, ne peut s’empêcher de lui demander qui il est. Lohengrin fils de Parsival, chevalier du Graal est contraint de partir tandis que le cygne se transforme en Gottfried, frère d’Elsa.

La procession d’Elsa correspond à son arrivée à la cathédrale pour son mariage avec ce mystérieux chevalier blanc. Les nobles dames et chevaliers saluent Elsa sur son passage jusqu’à son entrée dans la cathédrale. Les voix et les instruments se fondent dans un climat de beauté joyeuse.

Photos disponibles :

Articles de presse (© La Nouvelle RépubliqueLa Renaissance du Loir et Cher) :