Concert de Noël 2016

Affiche du concert

 
Lieu : Halle aux Grains de Blois

Date : 18 décembre 2016

Avec la participation d’Adélie Cartier-Panot et les Six Appeals accompagnés par le Big Band de l’Harmonie & Friends

Première partie (Harmonie de Blois)

Canon sur une basse obstinée

Johan Pachelbel

Johann Pachelbel est un compositeur et organiste allemand de la période baroque, né en 1653 à Nuremberg et mort en 1706.
Durant sa jeunesse, Pachelbel reçoit son éducation musicale de Heinrich Schwemmer, musicien et professeur de musique qui plus tard deviendra chef de chœur de l’église Saint Sebaldus à Nuremberg.

Inscrit à l’âge de 15 ans à l’université d’Altdorf, le futur compositeur montre des signes « d’intelligence musicale ». Mais, malgré un poste d’organiste dans la ville, il doit stopper ses études à cause de difficultés financières. Heureusement, une bourse lui permet de continuer sa scolarité musicale à la « Gymnasium poeticum » de Regensburg où il impressionne ses professeurs par son talent.

Au cours de sa vie riche en déménagements, il est devenu un grand ami de la famille Bach avec laquelle les influences musicales réciproques ont certainement été importantes. Il était le parrain d’une des sœurs de Jean-Sébastien Bach et le professeur d’un de ses frères (mais pas du génie allemand lui-même).

S’il a laissé un catalogue de musique vocale considérable, c’est pour son œuvre pour clavier qu’il est avant tout reconnu, et plus particulièrement pour son œuvre pour orgue.

Le canon pour une basse obstinée, composé en 1677, est une des œuvres les plus populaires de l’histoire de la musique, encore écoutée partout dans le monde plus de 330 ans après sa composition.


España Rhapsody

Emmanuel Chabrier

Emmanuel Chabrier est un compositeur français né en 1841 et mort en 1894.
Il étudie au lycée impérial de Clermont-Ferrand avant de rejoindre le lycée Saint-Louis à Paris en 1856. À partir de 1862, il travaille au ministère de l’Intérieur à Paris et en 1880, il choisit de se consacrer entièrement à la musique.

Il fréquente les écrivains Émile Zola et Alphonse Daudet, avec qui il entretient une grande amitié, ainsi que les peintres Auguste Renoir, Claude Monet et Édouard Manet.
Principalement connu pour des œuvres orchestrales, il a aussi composé plusieurs opéras, pièces pour piano et mélodies pour une voix et piano. Ses créations étaient admirées par de nombreux compositeurs tels que Claude Debussy, Maurice Ravel, Erik Satie, Richard Strauss, ou encore Igor Stravinsky.

Enchanté par la musique espagnole et andalouse, il promet au chef d’orchestre Charles Lamoureux, d’écrire une pièce aux accents espagnols qui feraient « se lever et s’embrasser les personnes présentes dans le public » !
C’est ainsi qu’a vu le jour sa plus célèbre œuvre, la rhapsodie pour orchestre España en 1883.


Hymn to the fallen

John Williams

Compositeur, chef d’orchestre et pianiste américain, John Williams est né en 1932 à New York. Fils d’un percussionniste, il étudie le piano dès l’âge de sept ans puis le trombone, le tuba et la trompette. A quinze ans, il dirige son propre groupe de jazz et s’essaie à l’arrangement.

Il compose dans les années 50 plusieurs œuvres de jazz et commence à composer pour la télévision et le cinéma.

Son travail particulièrement innovant impressionne Steven Spielberg qui lui demande d’écrire la musique de « Sugarland Express » en 1974. Une longue collaboration commence puisqu’il devient son compositeur fétiche et participe à 21 de ses films : « Les dents de la mer », « E.T. l’extra-terrestre », « Indiana Jones et la dernière croisade » et « Jurassic Park » notamment. John Williams a plus de 75 musiques de films à son actif, ce qui l’a conduit à être nommé plus de 40 fois aux Oscars.

Hymn to the Fallen est le titre qui clôture le magnifique film de Steven Spielberg sorti en 1998, « Il faut sauver le soldat Ryan ».
L’ancien soldat James Ryan, de retour en Normandie après toutes ces années pour aller se recueillir dans un cimetière américain, se demande s’il est devenu quelqu’un de bien, s’il a mérité le sacrifice des hommes, dirigés par le capitaine Miller, venus pour le sauver et le ramener chez lui. Cette musique est un hymne à ceux qui sont tombés pour lui, et pour la France.


El bosque mágico

Ferrer Ferran
Soliste : Guillaume Pierlot

Ferrer Ferran est né en 1966, à Valence, en Espagne. À l’âge de quinze ans, il est déjà lauréat d’un premier prix de piano et de percussion. Par la suite, il obtient un diplôme de Musique de Chambre et d’accompagnement, ainsi qu’un prix de composition et de direction d’orchestre de l’Académie Royale de Musique de Grande-Bretagne.

Il s’est produit dans son pays natal en tant que soliste, chambriste, et pianiste accompagnateur de grands solistes internationaux. Il collabore avec plusieurs Orchestres Symphoniques espagnols et mène en parallèle une carrière de compositeur, de pianiste et de chef d’orchestre. Il est également professeur au Conservatoire Supérieur de Musique de Valence en Espagne. Ses domaines de prédilection : la composition et l’accompagnement.

Ferrer Ferran est l’auteur de nombreuses compositions pour diverses formations instrumentales, Chœur, Orchestre de Chambre et Orchestre d’Harmonie, entre autres. La plupart des créations mondiales de ses œuvres a été assurée par des ensembles de renom, et plusieurs de ses compositions ont été choisies comme pièces imposées de concours et de festivals prestigieux.

Lauréat de nombreux prix de composition, il a été honoré de plusieurs distinctions, dont celle de l’Association des Jeunes Musiciens d’Espagne. Le jury du Concours de Corciano en Italie l’a également récompensé de plusieurs prix.
El Bosque Mágico a été donné en création mondiale le 17 février 2002.

 

Aujourd’hui, c’est Guillaume Pierlot qui s’illustre dans ce morceau.

Né en 1982, il commence le hautbois dès l’âge de 9 ans avec son grand-père, Pierre Pierlot.
Il entre au Conservatoire National de Région de Rueil-Malmaison dans la classe de Daniel Arrignon où il obtient un Premier Prix à l’unanimité en degré supérieur en 2000 suivi de Premiers Prix en degré excellence en 2001 et virtuosité en 2002.
Il poursuit alors ses études au Conservatoire National de Région de Paris avec Jean-Claude Jaboulay avant d’être reçu en 2003 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Jacques Tys. En 2007 lui est décerné le Diplôme de Formation Supérieure mention Très Bien à l’unanimité.

Il est co-fondateur du Quintette à vent Pentatonic avec lequel il obtient un Premier Prix à l’unanimité au CNR de Rueil-Malmaison.
Il anime également le Trio des Cadets (2 hautbois et cor anglais), et le Trio Faguibob (hautbois clarinette et basson) avec lequel il obtient le Diplôme de Formation Supérieure de musique de chambre au CNSM de Paris dans la classe de David Walter en 2008.

Avec ces ensembles, il donne des concerts dans différents festivals et se produit également au sein d’orchestres à Paris (l’Opéra de Paris, l’Ensemble Orchestral de Paris, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre National de France, Colonne, Pasdeloup, l’Ensemble Intercontemporain de Paris…) et en province (Opéra de Tours, Opéra de Toulon…). Il a également joué sous la direction de chefs d’orchestre tels que Kurt Masur, Christoph Eschenbach, Riccardo Muti, Daniele Gatti, Philippe Jordan, Susanna Mälkki, Peter Eötvös…
Il intègre en 2008 l’Orchestre de la Musique de l’Air de Paris.

Deuxième partie (Swing Me Out)

  • Take the « a » train
  • My heart belongs to daddy
  • Stompin’at the Savoy
  • Cheek to cheek
  • Night and day
  • I’m beginning to see the light
  • Bei mir bist du shoen
  • Sing sing sing
  • Tain’t what you do

Adélie Cartier-PanotChant : Adélie Cartier-Panot
Née à Blois, Adélie Cartier-Panot découvre la musique tardivement et débute ses études musicales par l’apprentissage du piano. Le chant devient vite une véritable passion et à l’âge de 17 ans, elle intègre l’École Nationale de musique d’Orléans où elle poursuit ses études de chant (classe de Mme Semellaz et Mme Coste), de formation musicale, de théâtre et de musique de chambre. En 2006, elle reçoit un premier prix de musique de chambre. Elle décide alors de poursuivre l’apprentissage du chant avec Mme Mercier et Mr Gary Mac By.

Parallèlement, elle intègre l’université François Rabelais de Tours où elle obtient une licence professionnelle artistique « Pratiques vocales et chorales ». Elle poursuit ses études musicales au Conservatoire de musique de Gennevilliers dans la classe de Mme Lagarde et obtient, en juin 2012, un premier prix de chant lyrique avec les félicitations du jury puis son perfectionnement un an plus tard.
Fascinée par la période Swing, elle explore ce répertoire vocal avec Sonia Cat Berro. Elle découvre et apprend le Charleston et le Lindy Hop à l’école Brotherswing.

Amélie BarrandeChorégraphie : Amélie Barrande
Amélie Barrande est chorégraphe et professeur de swing au sein de l’école Brotherswing, à Paris.

Elle a été finaliste de plusieurs compétitions de Lindy Hop (danse de couple) et d’Authentic Jazz Roots (danse solo) dont l’European Swing Dance Championship à Londres en 2015.

Nathalie MacéMise en scène : Nathalie Macé
Formée au conservatoire du XVIe de Paris en chant et en théâtre, Nathalie Macé travaille rapidement dans diverses compagnies de théâtre, aussi bien dans des spectacles musicaux que dans des pièces de théâtre « classiques ».

Elle se forme à la comedia dell’arte avec Jaime Cortez ainsi qu’à la voix off, et privilégie aussi bien le travail du corps que de la voix. Elle anime différents ateliers théâtre et met en scène des spectacles, amateurs et professionnels.
Musique, texte, mouvement, tout cela est pour elle indissociable !

Les danseurs
Les Six Appeals (Amélie Barrande, Christophe Cholot, Aurore Gauthier, Minh Dang, Leïla Izrar et Sylvain Huchet) ainsi que Pierre Furgoni et Sandrine Bourrier.

Le Big Band de l’Harmonie & Friends

  • Piano : Dominique Philippeau
  • Basse : Sébastien Maire
  • Batterie : Johann Fiot
  • Saxophone alto : Jean Ducharme et Juline Désiré
  • Saxophone ténor : Didier Chateigné et Maxime Ozet
  • Saxophone baryton : Karine Cauquil
  • Trombone ténor : Jean-Marie Deniau, Philippe Desmoulins et Jean-Christophe Montagne
  • Trombone basse : Benoit Poeuf
  • Trompette : David Germond, Cédric Thomas, Sosthène Roger et Christelle Houssard

Articles de presse (© La Nouvelle République  -  La Renaissance du Loir et Cher  -  30 jours) :